Apprendre à bricoler pour gagner en autonomie

Les bricoleurs, en herbe ou confirmés, ont accès à l’espace, aux machines, à la matière première  et à un accompagnement s’ils le souhaitent.
Les bricoleurs, en herbe ou confirmés, ont accès à l’espace, aux machines, à la matière première et à un accompagnement s’ils le souhaitent. - DR.

L a production de masse actuelle propose des produits standardisés à des individus réduits au rôle de consommateurs. Retrouver la capacité de créer ou réparer constitue un chemin vers l’émancipation, vers l’accomplissement de soi et l’autonomie. Par ailleurs, par leur coût, les loisirs créatifs ne sont pas accessibles à toutes les tranches de la population. Les magasins de matériaux et fournitures d’arts et loisirs proposent des kits, du déjà préparé ou des matières premières sur-emballées, à des prix très élevés. Démocratiser les loisirs créatifs, c’est aussi faciliter l’accès à la culture et créer plus de liens sociaux. » Partant de ces constats, Lucie Laffineur et Élise Boon, deux entrepreneuses issues du monde du cinéma, ont mis sur pied un atelier de bricolage partagé à Ixelles. Son nom ? Fais-le toi-même (1).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous