Le bois durable doit encore progresser

Dans cet article
La demande en bois labellisé est forte mais pourrait encore progresser. Et il y a encore de la place pour une augmentation de l’offre locale. © Geoffroy Libert.
La demande en bois labellisé est forte mais pourrait encore progresser. Et il y a encore de la place pour une augmentation de l’offre locale. © Geoffroy Libert.

Savez-vous si le bois de votre terrasse a été coupé légalement et n’a pas contribué à la déforestation ? Les planches de votre table viennent-elles d’une forêt gérée « durablement », par une entreprise respectant les droits des travailleurs et des communautés locales ? Deux labels, chez nous, apportent une quasi-garantie que le bois estampillé peut-être considéré comme « durable » car il respecte l’homme et la biodiversité et n’hypothèque pas l’avenir. FSC et PEFC : le premier surtout présent en Flandre et à Bruxelles. Le second implanté en Wallonie. Tous deux cherchent à mieux se faire connaître. C’est le sens de la campagne que lance ce mardi le « Forest Stewardship Council », soutenu par Greenpeace et le WWF. En 2016, selon une étude commanditée par la Coopération technique belge (CTB), 42 % de la population connaissaient le FSC. Et 71 % des consommateurs indiquaient que celui-ci aurait une influence sur le choix de leurs achats.

La connaissance des labels progresse, mais elle n’est pas aussi élevée que chez nos voisins (plus de 50 % aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne). Chacun des deux labels multiplie les actions d’information du public en s’appuyant notamment sur la grande distribution, les jardineries, les magasins de meubles et les magasins de bricolage.

« Le bois est renouvelable et écologique à condition que les forêts soient gérées et exploitées de façon responsable », rappelle-t-on au WWF. C’est ce que promettent les deux labels. Ils prévoient également qu’entre la forêt et le produit final, il ne s’est produit aucun détournement, aucune fraude, qui permettrait à du bois non labellisé de rentrer dans la filière et d’échouer entre les mains du client final.

40,5 % de bois durable en Belgique

Il reste encore du travail pour étendre la certification. Et pour s’assurer que le marché est suffisamment approvisionné pour répondre à la demande. A l’heure actuelle, 16 % seulement de la superficie forestière exploitable dans le monde sont certifiés. En Belgique, c’est près de 50 % de la forêt qui porte l’un ou l’autre label. Quid du bois « consommé » ? Seulement 12 % du bois tropical importé chez nous sont détenteurs d’un label « durable ».

En 2012, la part du bois « durable » sur le marché belge s’élevait à 40,5 %, indique une étude de l’administration fédérale de l’environnement. C’est à 26,2 % du bois PEFC, à 14,3 % du bois FSC. Ce dernier est surtout (91 %) du bois importé en raison de sa plus faible implantation en Belgique. Le bois labellisé PEFC, soutenu par Natagora et Inter-Environnement, est originaire à 35 % du marché belge.

Pour les opérateurs locaux, il y a donc une place à prendre. En 2011, le secteur du bois et le ministre fédéral de l’environnement ont conclu un accord visant à ce qu’en 2018, la part de bois certifié vendue en Belgique soit passée de 15 % (2008) à au moins 35 %. Objectif atteint avant la date. Ce qui fait dire à certains que le progrès a été fulgurant. Mais à d’autres que l’objectif de départ était volontairement peu ambitieux…

« La demande des clients en bois certifié n’est pas satisfaite actuellement », estime Stéphan Justin, coordinateur au FSC Belgique. Plusieurs centaines de milliers de mètres cubes pourraient encore trouver acquéreur. Voilà qui peut attirer de nouveaux acteurs, des forêts privées, comme publiques. Deux communes wallonnes, Bièvre et Vresse, sont actuellement candidate à l’obtention du label FSC.

« Pour un gestionnaire de forêt, la certification permet de se maintenir dans le marché », témoigne Grégory Reinbold, responsable du département Forêt chez Bruxelles Environnement, l’administration bruxelloise, fier de la labellisation de la Forêt de Soignes, dont 80 à 90 % des volumes produits partent au Vietnam ou en Chine.

www.fsc.be

www.pefc.be

Le PEFC domine

En Belgique, 23.259 hectares sont certifiés FSC. Le label a également délivré 676 certificats de traçabilité de la chaîne d’approvisionnement. Dans le monde, le label concerne 193.865.470 ha de forêts dans 82 pays et 32.009 certificats.

Le label PEFC concerne quant à lui 298.925 hectares de forêts belges, soit 43 % de la surface forestière du pays : 271.340 hectares de forêts publiques et 27.585 hectares de forêts privées ; 471 entreprises belges détiennent le certificat de chaîne de contrôle PEFC.

Dans le monde, le label couvre 301 millions d’hectares de superficie forestière dans 46 pays.