Nourrir les oiseaux: un effet positif sur les espèces

geai des chênes
geai des chênes - jean-Marie Wynants

Avec l’arrivée des premiers frimas ressortent les mangeoires, boules de graisse, cacahuètes et noix de coco. Le nourrissage des oiseaux est un sport de plus en plus répandu en Belgique. S’il est populaire chez nous, c’est une véritable religion chez nos voisins du Royaume-Uni. Une religion pas sans conséquences comme en atteste l’une des rares études à ce sujet a été menée en Angleterre par le British Trust for Ornithology sur plusieurs dizaines d’années. Elle constate que les pratiques de nourrissage ont fortement évolué. Naguère cantonné aux miettes de pain et aux cacahuètes – et parfois une noix de coco remplie de margarine – le nourrissage est désormais fait de boules de graisse, de graines de tournesol, de millet, de fruits, de maïs, de vers, d’insectes sous forme de cake ou pas, mélange pour « oiseaux du ciel » (!) ou pas… Le marketing vert est aussi passé par là.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous