2,3 milliards par an

Peu d’études ont été réalisées sur la mise en œuvre d’une taxe kilométrique. Un tel outil n’existe d’ailleurs nulle part et il est difficile de connaître ses impacts sur la mobilité et les rentrées budgétaires. Le Bureau du Plan a cependant fait tourner ses modèles informatiques partant du constat que la taxation automobile actuelle est « obsolète » puisqu’elle ne tient compte ni des coûts de congestion ni des coûts environnementaux et sanitaires de la voiture. Résultat : l’introduction d’une taxation au kilomètre « rapporterait à la société 2,3 milliards d’euros par an de gains de bien-être, dont 1,3 milliard de gains en temps pour les usagers de la route et 100 millions de gains environnementaux ». Les 900 millions restant sont des gains résultant de besoins moindres en subventionnement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous