« Le Soir », partenaire d’Hera

Pour la cinquième fois, la Fondation pour les générations futures a octroyé ses Hera Awards, ce mardi soir à l’Université de Liège. Plus de 310 personnes étaient inscrites à cet événement qui sera hébergé, l’an prochain, à l’université de Mons. Ces « prix » annuels (2.500 euros) sont actuellement accordés dans six catégories – alimentation, santé, architecture, design, finance responsable et économie coopérative. S’y ajoute tous les deux ans un Doctoral Thesis Award (7.500 euros) qui couronne une thèse de doctorat. Et l’année prochaine, une nouvelle catégorie : celle des technologies de l’information.

Objectif de ces récompenses : mettre à l’honneur des travaux de fin d’étude universitaire ou de haute école, qui intègrent la démarche transversale (« à 360 degrés ») typique du développement durable. L’approche classique – très spécialisée, mais monomaniaque et « en silo » – du travail universitaire d’antan est ainsi battue en brèche par une demande nouvelle. Celle d’intégrer les dimensions sociales, environnementales, humaines et économiques dans un seul travail. Le prix Hera veut favoriser l’émergence d’une nouvelle catégorie d’acteurs de la recherche et de la société : des esprits ouverts, plus complets, mieux armés pour faire face à des défis et des demandes qui se complexifient. La démarche prend de l’ampleur, témoigne Benoît Derenne, patron de la Fondation. En atteste l’affluence croissante à la remise des prix. Depuis sa création, Hera a reçu 317 dossiers.

Impliqué dans la démarche et la promotion d’un développement plus soutenable, notamment via sa page Demain la Terre, Le Soir est désormais associé à ce prix qui met en exergue la nécessité absolue d’allier intimement les finalités sociales, économiques, environnementales et participatives. Créée en 1998, la Fondation pour les générations futures est une plate-forme philanthropique qui s’active par divers moyens (Grand Prix des générations futures, Hera Awards, investissements…) à favoriser « la transition de notre société vers un mode de développement soutenable ».