La Belgique ne sait que faire de ses encombrants déchets hautement radioactifs

A Tihange, les combustibles usés sont refroidis dans des piscines pendant de longues années.
A Tihange, les combustibles usés sont refroidis dans des piscines pendant de longues années. - D.R.

En Belgique, la majeure partie de l’électricité produite est issue des réacteurs nucléaires. Des unités qui sont entrées en service en 1975, pour les trois plus anciennes (Doel 1, Doel 2 et Tihange 1). Et à qui les deux derniers gouvernements ont octroyé un bonus de vie jusqu’en 2025.

Ah oui. Les centrales nucléaires produisent des déchets. Hautement radioactifs. Plusieurs milliers de mètres cubes de déchets, à terme. Et à ce jour, la Belgique ne sait toujours pas ce qu’elle va en faire. Certes, elle a mis sur pied l’Ondraf, organisme national des déchets radioactifs, chargé de trouver une solution pour le stockage à long terme (on parle d’un million d’années). Mais, malgré la multiplication de plans proposés par l’Ondraf, toujours pas de décision.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous