Lutte contre le bois illégal: la Commission sermonne la Belgique

Marghem a décroché huit contrôleurs. © rené breny.
Marghem a décroché huit contrôleurs. © rené breny. - R.B.

La Belgique n’est pas assez active dans la lutte contre le bois illégal. C’est l’opinion de la Commission européenne qui a ouvert une procédure contre notre pays pour violation d’un un règlement datant de mars 2013. C’est la première fois que l’exécutif européen tape sur les doigts d’un Etat membre qui n’effectuerait pas correctement la surveillance des importations de bois illégal. Depuis 2013, la Belgique n’a, il est vrai, procédé qu’à 26 contrôles, dont cinq sur des opérateurs étrangers, procédure qui a mené au simple transfert du dossier vers une autorité étrangère. Notre pays est pourtant une destination privilégiée pour l’exportation de bois en provenance de pays à risque comme la République démocratique du Congo, le Brésil ou le Cameroun. Il est le premier importateur européen de bois du Cameroun, le deuxième importateur de bois du Brésil. On importe du Congo, de Malaisie, du Myanmar… Le bois importé chez nous est souvent réexporté.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous