Une martre des pins à nouveau observée en Région bruxelloise

Les martres des pins et les fouines sont des espèces dites jumelles, ce qui les rend parfois difficile à distinguer.
Les martres des pins et les fouines sont des espèces dites jumelles, ce qui les rend parfois difficile à distinguer. - dr.

Pour la première fois depuis 1999, une martre des pins a été observée en Région bruxelloise, et plus précisement en Forêt de Soignes. Malheureusement, l’animal a été découvert mort par un garde forestier le 5 septembre dernier, le long de la drève de Lorraine à Uccle. Bruxelles Environnement s’est chargé d’amener le cadavre au biologiste Koen Van Den Berge de l’Institut pour l’Etude de la Nature et des Forêts (Inbo, Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek) afin qu’il examine l’espèce en laboratoire.

Le biologiste a confirmé qu’il s’agissait bien d’un jeune mâle de martre des pins, né en mars ou en avril de cette année. Il n’est toutefois pas certain que l’animal soit né dans la partie bruxelloise de la Forêt de Soignes. «Mais cette martre des pins ne vient probablement pas de très loin», a indiqué le biologiste dans son rapport d’autopsie.

«La martre des pins fait partie des prédateurs supérieurs qui, ces dernières années, regagnent petit à petit leur place», indique M. Van Den Berge.«Auparavant, ces animaux étaient systématiquement tués et étiquetés comme nuisibles. Il est désormais interdit de les tuer et plusieurs mesures de protection couplées à la restauration de connexions entre les biotopes naturels morcelés leur offrent davantage de chance de survie.»

Un rétablissement de la population encore timide

Néanmoins, le rétablissement de la population des martres est encore timide. «Nous ramassons depuis 1998 les cadavres de victimes de la route», indique Koen Van Den Berge. «Depuis le début de ce ramassage, nous avons compté 31 martres des pins sur l’ensemble du territoire flamand et bruxellois. En comparaison: sur la même période et avec les mêmes efforts de recherche, plus de 2.000 fouines ont été ramassées.»

Les martres des pins et les fouines sont des espèces dites jumelles, ce qui les rend parfois difficile à distinguer. Dans ce cas-ci, la couleur du duvet, gris-brunâtre, alors qu’il est blanc chez la fouine, a été déterminant pour l’identification. «Les oreilles des martres des pins sont également plus grandes que celles des fouines», ajoute le biologiste. «Et les fouines sont davantage attirées par un environnement humain, tandis que les martres se complaisent davantage dans les bois. En ce qui concerne les choix alimentaires et le mode de vie, les deux espèces se ressemblent beaucoup: toutes deux sont omnivores, avec un menu qui comprend tant de la viande que des fruits.»